SI Convention Istanbul 2015


20ème convention internationale SI Istanbul 2015, 9-12 juillet :

 

Témoignage de Anne-Marie Bastin club Tubize Haute Senne

 

Avant de participer à la Convention, j’ai eu un premier avant-goût de la bonne ambiance qui règne entre les soroptimist du monde entier ; j’avais en effet choisi de participer le  au voyage en Cappadoce ; nous étions un groupe de 20 personnes : sorops, accompagnants, à visiter un endroit magnifique, des paysages époustouflants, des villes souterraines, des troglodytes, avec un groupe très cosmopolite, venant  de l’Alaska à la Nouvelle Zélande, en passant par l’Italie. Une très belle opportunité pour faire connaissance et échanger sur nos clubs. Caroline Demey, son mari et ses filles faisaient aussi partie du voyage ;

Le groupe est rentré le mercredi soir et le voyage en bus entre l’aéroport et les différents hôtels à l’intérieur de la ville s’est poursuivi dans les fous rires, car le chauffeur devait trouver les hôtels parfois dans des endroits pas possibles à rejoindre par les petites rues escarpées. Le trajet a duré plus longtemps que le vol Cappadoce – Istanbul

Le lendemain, nous devions passer aux choses plus sérieuses ; ouverture des portes du lleu du congrès à 10 heures à l’Hôtel Hilton Bosphorus : jusqu’à 17 heures, 1400 soroptimists, accompagnées de soroptimisters ou d’amis se croisaient dans les couloirs : retrouvailles, visite des salons du sous-sol, où se trouvaient les différents stands de nombreux clubs, vendant, offrant, des souvenirs d’un peu partout. Le stand le plus remarqué : celui de Malaysie qui n’avait pas ménagé ses efforts pour présenter la prochaine Convention internationale qui aura lieu dans 4 ans à Kuala-Lumpur.

A 17 heures eut lieu la cérémonie d’ouverture, ainsi que des interventions des différentes présidentes (de l’union turque, de la fédération européenne, du SI international), ainsi que des autorités officielles turques qui nous accueillaient. La soirée s’est terminée par un buffet dans les jardins autour de la piscine du Bosphorus Hilton ; la délégation belge se composait de 19 soroptimist : Marthe Claeys (Brugge), Renate Smith, Bettina Hahne (Bruxelles Doyen), Monique Rocour(Bruxelles Sablon), Anne Geeraert(Gent Scaldilys), Greet De Grauwe, Mimi Marivoet, Inge Scholte, Berthe De Vos( Knokke-Oostkust), Carolien Demey (Kortrijk), Lut Stubbe(Oostende), Anne-Marie Bastin (Tubize Haute Senne), Dina Nevens (Veurne-Westhoek), Gerda Ardies (Veurne-Westhoek), Nele Vandendriessche(Veurne-Westhoek), Gerda Rosiers(Visé), Marina Fauconnier, Kathleen De Batselier, Margaretha Nolf(Zuid-Oost-Vlaanderen

Les clubs anglophones et anglophiles étaient surreprésentés. Heureusement pour moi, la présidente du SI français a pris en charge la traduction française, pendant les plénières des 3 premiers jours

Le jeudi 9 juillet, la Convention a débuté par une prise de parole d’Elif Shafak, une des auteures turques les plus lues, dont les romans ont été traduits dans plus de 40 langues : Elif écrit en turc et en anglais et a vécu en France. Son intervention était de haut niveau ; connue pour son action envers les femmes, partisane de l’entrée de la Turquie dans l’UE, en procès contre son propre pays pour avoir reconnu le génocide arménien dans un de ses livres : elle a essentiellement abordé 2 thèmes 

  • Importance pour les femmes de récupérer l’espace public
  • Les hommes orientaux ne peuvent monter leur part féminine ; eux aussi souffrent du poids des conventions. Elle est une des intervenantes qui m’a le plus marquée.

L’intervenant suivant, le Dr Michael Kaufmann, a aussi enthousiasmé son auditoire ; lui aussi a souligné le monde « bizarre » des hommes, qui sont élevés pour être des dominants, souvent via l’humiliation ; ils n’ont pas de contacts avec leurs sentiments, ce qui peut engendrer la violence ; les hommes prennent plus de place dans l’espace public, mais ils ont le plus besoin d’aide, vont davantage en prison. Il est important que les lieux publics et professionnels soient égalitaires ; d’où l’importance de l’éducation dans les crèches et les écoles maternelles

Je vous suggère de lire son article sur internet (michaelkaufman.com) à propos d’une étude réalisée pour l’Unicef -

Cadre d’action pour faire participer les hommes et les garçons à l’avancement de l’égalité entre les sexes et à l’élimination de la discrimination et de la violence à l’endroit des femmes et des filles

J’ai notamment retenu cette phrase de son étude

 Croire que l’on peut mettre en œuvre, avec succès, des programmes visant à améliorer la vie des femmes et des filles sans y faire participer les hommes, c’est faire fi du rôle que jouent les hommes dans le maintien de l’ordre actuel des choses, qu’ils ont eux-mêmes établi. Et ils pourraient bien résister au changement.

Les matinées des 3 jours ont été consacrées aux séances plénières

Les thèmes étaient les suivants : Eduquer à gérer; éducation pour tous, la pauvreté;  statut des femmes en Turquie; expériences de femmes engagées non seulement au niveau des affaires, mais aussi engagées dans le caritatif,  violence  subie par les femmes de tous âges partout dans le monde ; comment l’éradiquer, les lois sont-elles bien respectées  (là, l’intervenante, Alice Nkom, camerounaise, juriste, association pour la défense des homosexuels, a surpris son public pour son audace à défier les juges soumis à des diktats religieux, et les obliger à respecter la Loi), importance de l’écoute des jeunes générations,  atouts des nouvelles technologies. Pour permettre aux femmes d’êtres indépendantes.

Il a été souligné que le travail du soroptimist est reconnu par les Nations Unies, l’Unicef, le Conseil de l’Europe et d’autres institutions réputées  pour permettre aux femmes d’être indépendantes

Les après midi ont  été consacrés aux discussions en atelier; très difficile de faire un choix parmi les ateliers proposés 

Le Prix de la paix SIE 2015 a été décerné au Dr Edith Schlaffer (Autriche) par Ulla Madsen et Maria Elisabetta de Franciscis.

Ce prix honore toutes les femmes qui travaillent à construire la paix et la sécurité dans leurs communautés. Il fournit la preuve que le leadership féminin existe à tous les niveaux. Les femmes ont toujours pris les devants pour la paix dans un monde plus sûr, mais maintenant nous avons besoin plus que jamais de nous concentrer sur le rôle des mères. Les mères sont sur les lignes de front et elles doivent être reconnues et soutenues dans ce rôle crucial.

 

Ce que j’ai retenu de cette expérience

  • La formidable énergie qui émane de ce genre de rencontres
  • Bémol : le coût de ce genre de rencontres 
  • La primauté des anglophones ; très à l’aise dans leur langue, ce qui n’est pas le cas des autres (lors d’un workshop « Making your voice heard at the local,national and international levels », j’ai exprimé mon idée dans mon anglais à une nouvelle-zélandaise, qui a ‘traduit » ma pensée. D’où une certaine appréhension à prendre la parole …
  • Les idées glanées ça et là : Par exemple, le SI néerlandais travaille en collaboration avec l’Unicef « project Syrie « Back to school » - 2100 enfants hors camps de réfugiés de Syrie bénéficient  d’un programme d’éducation ; 73 clubs néerlandais sur 100 participent au programme
  • Le projet See Solar, Cook Solar : projet permettant aux femmes et filles de bénéficier de lanternes solaires.

 

Anne-Marie Bastin

SI club Tubize Haute Senne

 

Pour info : Review Convention

http://www.soroptimistinternational.org/ConventionRevieuw



Documents:



Istanbul deelnemers-participantes SIB - 01-05-2015.docx




Site designed by UltiNova