CSW59 - Commission de la Condition de la Femme


Ayant choisi comme thème de ma présidence de l’Union Belge 2012-2014, la lutte contre toutes formes de violence envers les femmes et les filles et étant membre du Advisory Counsil SIE VAWG, j’avais posé ma candidature pour faire partie de la délégation SIE pour le CSW59 (Commission de la condition de la femme) qui avait lieu du 9 au 20 mars dernier aux Nations Unies à New York.

Nous étions 11 Soroptimistes SIE présentes, en tout nous étions 80 les quatre Fédérations réunies. Près de 9.000 personnes ont participé à cet évènement mondial.

Dès mon arrivée à New York, je me suis rendue au siège des Nations Unies pour obtenir mon badge officiel, dès obtention du précieux sésame, j’ai pu assister à des réunions très instructives.

Le premier évènement auquel j’ai assisté était la présentation du rapport « Every Woman – Every Child » sur la santé des femmes et des enfants en présence d’entre-autre le Secrétaire Général Ban Ki-Moon et Melinda Gates qui représentait la Fondation Bill Gates.

Plus de femmes peuvent maintenant donner la vie dans de meilleures conditions mais il faut continuer à améliorer, il faut accélérer le processus si nous voulons atteindre les objectifs fixées.

Les femmes est les filles jouent un rôle très fondamental, car une femme en bonne santé peut mieux s’occuper de sa famille et sa communauté. Aucun enfant ne devrait mourir d’une maladie que nous pouvons combattre.

J’ai ensuite participé un débat organiser par les Pays Nordiques « Cool Feminism ». Trop souvent les femmes ont été écartées quand il s’agissait de prendre des décisions. Les pays Nordiques sont très en avance sur beaucoup d’autres pays. En Islande également, les femmes gagnent moins que les hommes, alors pour réclamer l’égalité des salaires, en 2010 elles ont arrêté le travail à 14h25 au lieu de 16h00, elles avaient fournies le même travail pour un salaire plus petit. A essayer chez nous!!

Ce qui m’a le plus impressionnée c’est le fait qu’en Islande on enseigne l’égalité des sexes à l’école, 17 écoles ont inscrit cette matière à leur programme ! A essayer chez nous également !!

Pour clôturer ma 1° journée j’ai assisté à la réunion « From commitment to action : financing gender equality in the post 2015 agenda » (De l'engagement à l'action: financement de l’égalité des sexes dans l'ordre du jour après 2015).
La plateforme Beijing 1995 a quelque peu oublié de prévoir le financement de l’égalité des sexes !

Les panélistes ont discuté des obstacles à l'égalité des sexes et de la nécessité pour les programmes sociaux qui permettent aux femmes de contribuer économiquement et à participer pleinement à la société.

Mon deuxième jour débuta par une réunion au sommet en présence de Madame Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d'ONU FEMMES et du chanteur/acteur Indien Farhan Akhtar qui explique que les hommes sont importants dans l’éradication de la violence envers les femmes. Nous devons créer une nouvelle masculinité et éduquer les jeunes enfants. Il a créé un mouvement en Inde : « Men Against Discrimination and Rape ».
Le message à retenir de cette discussion : l’éducation des hommes et des garçons dès le plus jeune âge !

Ensuite j’ai participé à une discussion sur : « Women’s economic empowerment and entrepreneurship » (L'autonomisation et de l'entrepreneuriat économique des femmes). Une de membre du panel, propriétaire d’une société  de software au Bangladesh nous explique que après 23 années qu’elle exerce ce métier, elle doit encore se battre tous les jours contre le préjugées sexistes. L’accès au financement reste un problème pour beaucoup de femmes. En fin de journée j’ai participé à la discussion « Girls at the centre : The importance of girls in ending violence against girls & women » (Les filles au centre: L'importance des filles dans la lutte contre la violence contre les filles et les femmes ; Les femmes et les filles doivent être à l'avant et au centre. Pour briser le cycle de la pauvreté, nous devons éduquer les filles, mais nous devons aussi nous assurer qu'elles ne soient pas confrontées à la violence à l’école et sur le chemin de l’école. Nous devons cesser les procédures nuisibles que les mutilations génitales féminines.

Le SI a également organisé des événements parallèles. J’ai eu l’occasion de participer à « Uniting our voices against violence » (Unissons nos voix contre la violence) en collaboration avec les organisations YWCA, un mouvement de jeunes femmes qui travaillent pour le changement social et économique dans le monde entier. Elles défendent le leadership des jeunes femmes, les WAGGS ou  AMGE, un mouvement bénévole de filles aux jeunes femmes dans 146 pays du monde et le SIE. SIE Présidente Ulla Madsen et Renata Trottman Probst, présidente de la commission Statuts SIE ont eu l’occasion de présenter le projet SIE « Defeating Violence ».

J’ai clôturé cette semaine onusienne très intéressante et prenante  par la discussion SI : Voices from the Grassroots  - A life course approach to Economic Empowerment » (Bottom up - une approche du parcours de l'autonomisation économique).

J’ai été très impressionnée par le nombre de participants à ces journées CSW59, près de 9.000 participants de par le monde, qui œuvrent tous pour les droits des femmes. Des rencontres passionnantes et c’est réconfortant de voir que les Soroptimistes ne sont pas seules à promouvoir le statut de la femme !

 

Petit souvenir de notre debriefing SIE !

Je reste à votre disposition si vous souhaitez plus d’informations sur le CSW59 New York !

 

Gerda Rosiers

Im. Past President SIB



Documents:



2015_CSW_Magda De Meyer in NY_CSW (5).docx
2015_CSW59_Declaration_N15060820150 (3).pdf




Site designed by UltiNova